Exposition Monet et Mitchell à la Fondation Vuitton

Visite de l'exposition Monet et Mitchell à la Fondation Vuitton

Suite à sa visite captivante de l'exposition "Monet - Mitchell" à la Fondation Louis Vuitton, Jean-Jacques Marie offre un regard éclairé sur la rencontre unique entre ces deux géants de la peinture.

Cette rencontre artistique entre les œuvres de Monet et Mitchell dévoile les harmonies et divergences entre les œuvres de deux maîtres de la peinture.

Cet article est la synthèse d'un entretien avec l'artiste Jean-Jacques Marie qui n'a hélas pas voulu que soient retranscrites ses émotions et ressentis personnels.

 

L'exposition "Monet - Mitchell" à la Fondation Louis Vuitton offre une rencontre inédite entre les œuvres de Claude Monet et Joan Mitchell, deux peintres majeurs dont les destins ne se sont jamais croisés. L'accrochage, orchestré par la commissaire principale Suzanne Pagé, présente trente-cinq œuvres de chaque artiste dans la section "Regards croisés", mettant en lumière les similarités et les différences entre leurs expressions artistiques.

 

Résonances et Dissonances entre Deux Maîtres

Cette confrontation picturale inattendue crée une expérience artistique unique, tissée de résonances et de dissonances entre deux maîtres, deux artistes dont les patronymes commencent par "M" comme magistral, majeur et magnifique, évoquant le caractère immense de leur œuvre. La proximité géographique de leurs maisons à Vétheuil et Giverny, la lumière normande, et les défis de la fin de vie marquée par la maladie forment des points communs, bien que Mitchell ait toujours repoussé l'idée d'une influence directe de Monet.

 

L'exposition explore cette tension entre proximité géographique et indépendance artistique à travers un accrochage ingénieux qui désencadre les tableaux, accentuant les ressemblances tout en soulignant les divergences fondamentales.

La scénographie aérée accentue l'harmonie entre les tableaux, parfois trompeuse quant à leur attribution. La correspondance entre Monet et Mitchell se manifeste dans l'exploration commune des paysages, témoignant de leurs émotions et de leur solitude à travers une palette de couleurs vibrantes.

Les thèmes communs, tels que la représentation d'arbres et la fascination pour l'eau, sont soulignés, tout comme les différences de gestuelle artistique.

Les différences de style sont évidentes : Monet superpose des couches de glacis pour saturer ses toiles, tandis que Mitchell privilégie les blancs et adopte une touche énergique.

 

Immersion dans l'Univers de Joan Mitchell

L'exposition se poursuit par une immersion fascinante dans l'évolution artistique de Joan Mitchell, souvent méconnue du public français, avec une rétrospective présentant une cinquantaine de ses œuvres. Son envergure se dévoile dans l'exploration des paysages, de la lumière, et des couleurs vibrantes.

Joan Mitchell, voix grave et rauque émergeant au détour des salles, se dévoile à travers des entretiens où elle revendique l'indépendance de son art. Sa relation avec l'expressionnisme abstrait américain, en particulier au sein du mouvement de l'Action Painting, ses luttes au sein d'un milieu artistique dominé par les hommes et ses affinités avec les écrivains sont autant d'éléments qui enrichissent la compréhension de son parcours singulier.

L'exposition met en lumière le jardin secret de l'artiste, où les arbres, l'eau, les herbes, et les tournesols, bien que présents indirectement dans ses tableaux, étaient des éléments fondamentaux de son inspiration.

La biographie tumultueuse de Mitchell, marquée par des épreuves personnelles, n'a pas entravé son talent à capturer la vie dans ses toiles, comme le montre "La vie en rose" après sa rupture avec Jean-Paul Riopelle. Son affirmation selon laquelle "si je ne le sens pas, je ne le peins pas" résonne avec la philosophie de Cézanne sur la réalisation des sensations à travers la peinture.

 

Résonance et Convergence des Visions Artistiques

La rencontre entre les œuvres de Monet et Mitchell transcende la simple comparaison. La résonance entre les deux artistes s'amplifie, évoquant des thématiques communes telles que la dissolution du sujet dans la couleur et une fascination partagée pour les paysages des bords de Seine.

L'exposition se termine sur des ensembles significatifs : le triptyque de l'Agapanthe de Monet et les dix tableaux du cycle La Grande Vallée de Mitchell. Ces moments marquants soulignent la convergence de leurs visions artistiques, démontrant leur sensibilité commune aux couleurs et à la lumière.

L'exposition offre une plongée dans l'univers des Nymphéas de Monet et des tableaux de Mitchell à travers une expérience immersive et contemplative. Les œuvres évoquent la dissolution du sujet dans la couleur, plongeant le spectateur dans un éloge lyrique de la nature qui dépassent les époques et les styles.

Artiste abstrait contemporain